193 Gallery

Abstraction is Freedom

Interrogé sur ce qu'était l'art pour lui sous le communisme, Imre Bak répondit :

" Abstraction was Freedom".

Zsofi Barabas, Judith Horvath Loczi, Bea Kusovszky, Marton Nemes et Eszter Poroszlai sont né.e.s pendant la période où un rideau de fer a divisé l'Europe. Ces artistes ont évolué dans un monde libre post chute du mur de Berlin. Ils n’ont pas été privés du même accès à l'art que leurs pairs du reste de l'Europe ou des États-Unis, mais chacun.e d’entre eux.elles représente, à sa manière, l'héritage hongrois. C'est donc plus particulièrement à Imre Bak et à ces artistes qui sont restés pour maintenir la flamme de la liberté et de l'art qu'est dédiée cette exposition curatée par Benoit Manuel.

Si Imre Bak a certainement inspiré de nombreux artistes modernes hongrois, il est également le mentor de Zsofi Barabas. Zsofi est une artiste protéiforme. Couchant dans un premier temps ses inspirations au stylo noir dans des dizaines de feuillets, la couleur ne tarde pas à les rejoindre une fois la toile devenu support. Zsofi Barabas nous offre ainsi les clés d’un voyage apaisant au cœur des formes et des couleurs.

Judith Horvath Loczi commence sa carrière comme architecte d’intérieur. C’est dans la maternité que l’artiste fait finalement ses premiers pas vers les arts plastiques. Jeux colorés et bruyants, les œuvres de Judith Horvath deviennent volontiers une métaphore de sa vie de famille. La période du Covid lui donne également une impulsion nouvelle vers la création d’objets visant à adoucir les contraintes de la vie quotidienne.

Bea Kusovszky, hongroise d’ascendance polonaise, appartient elle aussi à cette nouvelle génération. Durant son cursus scolaire, elle bénéficie du programme Erasmus pour étudier à Valence (Espagne) et enrichir ses connaissances. Jouant avec les supports, Bea Kusovszky donne vie à des formes intrigantes appelant au regard méditatif du spectateur.

La série "Meta Paintings" de Marton Nemes, alliant couleurs et matériaux divers, se réfère à l'ambivalence de notre société, évoluant entre l'espace physique et l'espace numérique. La sensation éprouvée lorsque le Metaverse crée une réalité alternative observée à travers un écran, est finalement similaire aux propos tenus par Alberti dans De Pictura désignant la peinture comme une fenêtre ouverte sur le monde offrant une lecture basée sur la subjectivité du peintre.

Eszter Poroslai quant à elle explore les phénomènes essentiels de vision et de perception, l'interrelation de la réalité et de l'image, la transition de la matérialité et de la virtualité. Inspirée par l’art de la lumière, elle reste toutefois fidèle au travail de la main et de la matière et présente ici ses peintures objets.

Avec l’exposition Abstraction Is Freedom, la 193 Gallery vous invite donc à découvrir la richesse et la diversité de la création hongroise, trente ans après qu'un vent de liberté n'ai soufflé sur l'Europe Centrale et l'Europe de l'Est.